Et voilà, ça tourne en boucle dans l’atelier, ça… la voix m’évoque le “dieu” Steven Wilson, l’univers est sombre et onirique, les mélodies sont accessibles.  J’AIME.