« J’imaginais la peinture se mettant à saigner. Blessée de la manière dont les gens peuvent être blessés. Pour moi la peinture devenait une personne avec des sentiments et des sensations. »
[Niki de Saint Phalle]

« Mes peintures ne correspondent jamais à ce que j’avais prévu, mais je ne suis jamais surpris. »
[Andy Warhol]

« La peinture n’est pas faite pour décorer les appartements. C’est un instrument de guerre offensive contre l’ennemi. »
[Pablo Picasso]

« Peinture et poésie se font comme on fait l’amour : un échange de sang, une étreinte totale, sans aucune prudence, sans nulle protection. Le grand saut, à chaque fois. »
[Joan Miro]

« Française installée en Belgique depuis 1985, Nadine Boscardin vit et travaille entre Namur et Charleroi.

Son travail a été révélé au public en 2008, tant lors d’expositions collectives que personnelles, et ses oeuvres font partie de collections privées dans plusieurs pays européens.  Elle a fréquenté l’atelier de Jean-Pierre Gonthier, à l’Académie des Beaux-Arts de Namur, et  l’atelier l’Equ’Art à Louvain-La-Neuve.

Depuis l’enfance, les arts plastiques la fascinent. Cependant il lui a fallu attendre l’aube de la quarantaine pour passer à l’acte. C’est à l’occasion d’une profonde remise en question qu’elle a commencé à peindre.

Dans son univers sensible et coloré, elle oscille, à travers ses différentes séries, entre figuration et abstraction. Cette artiste aime les matières fluides, les transparences et la lumière. Jouant avec le noir, elle navigue fréquemment vers d’autres rivages : le côté obscur de l’existence transparaît dans de nombreuses toiles.

Peinture thérapeutique ? Sans doute… Chaque toile est un concentré de ses états d’âme, joies, espoirs, tourments… L’humain est au centre de son travail : ses émotions, son corps, sa relation à l’autre… autant d’obsessions qui trouvent un exutoire sur la toile. »